dimanche 29 mars 2015

Les bambins dodus de Béatrice Mallet

L'enfance d'antan a des parfums de rose fanée, dans lesquels j'aime me frotter le museau. Les livres d'images de la première moitié du XXe siècle alignent les clichés d'une époque révolue qui parvient toutefois encore à me charmer par ses accents délicieusement naïfs. Les bébés ont les joues rebondies et rouges vif, les petites filles sont toujours modèles et les canards portent des gilets de flanelle. Les bambins de Béatrice Mallet ne ressemblent pas à des adultes en miniature, ils ont le teint frais, les bras potelés et les yeux ébahis et rieurs. On les croquerait volontiers.
D'origine britannique, Béatrice Mallet, illustratrice, dessinatrice et imagière née en 1896, a débuté sa carrière par la création de la couverture du catalogue de jouets des Galeries Lafayette, en 1921. Elle poursuit dans le monde de la publicité. C'est elle qui propulsera le logo de la marque de lingerie enfantine "Petit Bateau" dans les années 30, avec son personnage de Marinette.  En 1937, sa publicité est gratifiée du Grand Prix de l'Exposition de Paris. C'est à cette époque également qu'elle publie des livres d'illustration, comme "Mother Goose", "La soeur de Gribouille"... Elle réalisera également des séries de cartes postales.
Enfoui sous un tas de magazines humides et poussiéreux, un album de Béatrice Mallet avait été oublié dans une vieille caisse en carton. L'artiste illustre ici un recueil de comptines, "Nos premières chansons". Le style rondelet et les couleurs criardes sont imprégnées de bouffées de candeur dont, je l'avoue, je me repais volontiers. Sa ligne se délie dans l'évidence et la simplicité d'un monde où tout va bien. L'univers croquignolet de Béatrice Mallet a ce quelque chose de rassurant, de douillet, de moelleux, cette odeur de poudre de bébé qui fait fondre. 
Celle qui fut aussi l'illustratrice des cigarettes St Michel,  allait décéder en 1951, des suites d'un cancer du poumon... ©
En savoir plus : http://beatricemallet.unblog.fr/  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire