mardi 3 avril 2012

Belle et le beau Mehdi

Eh oui... Je suis de cette génération-là. Evidemment, ça fiche tout de suite un coup de vieux mais j'assure. Dimanche dernier, je suis tombée avec ravissement sur un exemplaire impeccable de "Sébastien et la Mary-Morgane" datant de 1969 (Edition Julliard). C'est sûr : Cécile Aubry ne figure pas parmi les monuments de la litérature mais franchement, ce n'était pas pire que certains auteurs de littérature enfantine actuels.
A l'époque, j'avais découvert le jeune Mehdi sur le petit écran, en noir et blanc. Je devais allègrement afficher cinq ans ou six de moins que lui et mon petit coeur palpitait pour ce beau brin de gamin, fils d'un prince marocain et de Cécile Aubry.
Un peu plus tard (1973), il faisait chavirer mon coeur d'ado avec "Le jeune Fabre", une série culte pour les jeunes de ces années-là. Mehdi y incarnait Jérôme Fabre, fils d'un artiste peintre à la vie dissolue. Il était amoureux d'Isabelle joué par Véronique Jannot (celle-là même qui participa à "Danse avec les Stars"). Le cadre, c'était Montmartre, avec d'interminables sprints dans les escaliers du quartier. Si les "Sébastien" ont été récemment édités en DVD, "Le jeune Fabre" n'a connu qu'une sortie en VHS, en 1996.
Il paraît que Mehdi a oeuvré sur un projet de pièce de théâtre... Ça me fait plaisir de savoir qu'il est toujours là, quelque part. Même si on ne le voit plus sur la grande scène. Les enfants stars ont souvent beaucoup de peine à bâtir une carrière à l'âge adulte. Le public les a irrémédiablement figés dans leur passé puéril. Ils demeurent dans nos souvenirs, tels des jouets dans nos greniers, sous une couche épaisse de poussière et de nostalgie poisseuse. On est heureux de les retrouver, intacts, immuables.
Merci, Monsieur El Glaouli pour les moments pastel dont vous avez, sans le savoir, saupoudré mon enfance et pour les doux souvenirs dont vous m'abreuvez aujourd'hui.© 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire