dimanche 31 mai 2015

Le Doudou au début du XXe siècle

Extrait du "Patriote Illustré" de 1920. Très sage, n'est-ce pas?

mardi 26 mai 2015

Des inventions pour grandir et combattre le mal de mer

Extraites du magazine illustré "Je Sais Tout" de 1906, des photos légendées qui forcent le sourire. L'appareil respiratoire inventé par M. Guglielminetti-Draeger peut faire railler mais cet appareil a tout de même permis aux pompiers d'effectuer leur travail avec une meilleure sécurité et par conséquent une efficacité accrue. L'appareillage a notamment permis aux sauveteurs français de descendre dans la mine de Courrières, en mars 1906, où avait eu lieu la catastrophe minière la plus importante d'Europe. Quelques cartes postales témoignent d'ailleurs de l'utilisation de ce dispositif à cette époque. 

La société Dräger existe toujours et oeuvre dans le domaine de la sécurité, depuis 1889. "Les appareils Guglielminetti sont un perfectionnement des fameux appareils à régénération, employés par les mineurs allemands. (...) l'air vicié par la respiration est conduit dans un tube, qui l'amène à un régénérateur contenant de la potasse anhydre, laquelle s'empare de l'eau et de l'acide carbonique contenus  dans l'air respiré." ("Le Magasin Pittoresque", 1906). Ce qui permettait à un sauveteur de rester une heure et demie dans des lieux privés d'atmosphère respirable.

Plus anecdotique, cette machine destinée à gagner quelques centimètres qui ressemble davantage à un instrument de torture... L'utilisation de la machine promet tout de même un allongement de la taille de 5 à 7 centimètres. Cela reste à prouver.

La prothèse contre le mal de mer, quant à elle, était plutôt encombrante et en tous cas, peu pratique. A l'époque, l'électricité portait énormément de promesses et était susceptible de guérir à peu près tout et n'importe quoi. On parlait également, toujours selon "Le Magasin Pittoresque" de 1906, de l'emploi du fauteuil à bascule pour combattre le mal de mer. "Le fauteuil trépidant qui vient d'être expérimenté a pour but de rendre son occupant moins sensible aux brusques déplacements du navire en le soumettant à une succession de mouvements en hauteur et en profondeur qui peuvent être produits soit à la main, soit à l'aide d'un mécanisme. Il résulte de cette disposition particulière que les oscillations soudaines du navire: roulis, tangage, soulèvement, inclinaison sur la bande sont transformées en une série de déplacements de faible amplitude qui sont constamment interrompus par de rapides mouvements effectués dans une direction opposée au sens de l'oscillation du vaisseau, atténuant ainsi la répercussion des mouvements désordonnés du bateau sur l'organisme humain." La phrase à elle seule donne mal à la tête. Pour faire plus simple, le basculement du fauteuil vous distrait des mouvements du bateau sur les vagues.

Plus récemment, un inventeur toulonnais a breveté des lunettes d'une élégance à couper le souffle, susceptibles de calmer le mal de mer, en 12 minutes. Leur usage promet de réconcilier le cerveau et l'oreille interne. A travers ces lunettes, le mouvement perçu par les yeux est, en effet, identique à celui capté par l'oreille interne. On n'a pas fini d'inventer et c'est tant mieux. ©

vendredi 15 mai 2015

L'heure de la sortie en espadrilles

Voici une nouvelle brochette de pubs des années 60.Qui se souvient des Galeries Anspach à Bruxelles? Dans les années 70, deux milliers de personnes travaillaient mais en 1983, la faillite est prononcée et c'est la Ville de Bruxelles qui devient propriétaire des lieux. En 2002, la Ville de Bruxelles accorde un bail emphytéotique au privé. La suite, vous la connaissez. La chanteuse Sheila très en vogue dans les années 60 et 70, prête sa renommée à une réclame pour les espadrilles. Et les jeans Levi's tirent sur la corde.




dimanche 3 mai 2015

Drones et food trucks en 1906

Quand on fouille le passé avec un regard actuel, on déniche parfois des perles qui renvoient à notre présent. 

La comparaison vaut ce qu'elle vaut mais elle fait immanquablement sourire. Dans un album des revues "Je Sais Tout" (un magazine encyclopédique illustré fondé en 1905), j'ai relevé une poignée de découvertes de 1906 qui évoquent étrangement notre époque. 

L'appareil photographique aérien ne fait-il pas songer aux drones? La technologie n'y est pas encore mais l'idée est bien là. Non? L'esprit pratique naît à l'aurore du XXe siècle. La cabine téléphonique permet aux militaires de multiplier les postes mais aussi d'éviter les lourds chargements. Reste à inventer la téléphonie sans fil.

Je ne peux m'empêcher de penser aux très branchés food trucks lorsque je regarde la photo de ce marchand de frites au Canada. Euh marchand de frites? Je pensais que la "baraque à frites" était une invention belge... Ce n'est pas plutôt de la poutine? Ce food truck canadien sur traîneau est en tous cas avant-gardiste. ©