mardi 22 janvier 2013

Les aventures de Saturnin : il ne faut pas prendre les canards pour des sauvages

Dans les années soixante, j'adorais les aventures de Saturnin, le canard. 

Il n'y avait pas trente-six chaînes à l'époque. Il y avait la RTB et l'ORTF, la première chaîne française qui diffusait, entre 1965 et 1970, cette série mignonne à croquer qui durait 14 minutes. Mini-feuilleton créé par Jean Tourane,  

"Les Aventures de Saturnin" mettait en scène un canard bien jaune qui vit dans un monde où les animaux se comportent comme des humains. Ils habitent des maisons, se déplacent en voiture, font du sport, de la musique ou encore se régalent autour d'une table. 

Dans le générique mis en musique par Isabelle Aubret, on y voit d'ailleurs un siamois pianoter, chien tenir l'accordéon et un lapin jouer de la batterie.Bien entendu, Saturnin parlait et sa voix, c'était celle de Ricet Barrier malheureusement disparu en 2011 (site officiel : http://www.ricetbarrier.com/ ). ©



vendredi 18 janvier 2013

Le chapeau chic en caoutchouc

Extraite de l'Almanach Hachette de 1924, cette planche signée Haye et intitulée "Le chapeau fureur", évoquait avec ironie les coiffes de plus en plus imposantes des années 1920. Comme pour suggérer le ridicule de cette mode, l'illustrateur imagine le chapeau chic en caoutchouc, gonflable mais terriblement fragile...

dimanche 6 janvier 2013

Petites inventions de l'aube du XXe siècle

Rien de plus horripilant qu'un coup de soleil sur le nez... Les lunettes munies d'un appendice protecteur pour le nez sont dorénavant disponibles. Il fallait y penser.
____________________________________________________________________________

 








<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<
La "machine à portraits" ou photomaton a un siècle d'existence. L'appareil était déjà très élaborée en 1913 et n'avait quasi rien à envier à nos actuelles cabines photographiques automatiques.
<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<



























______________________
>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>
Un gamin de 11 ans invente une sangle à ressorts, histoire de lier solidement un paquet de livres ou de cahiers. L'invention lui a valu un brevet arraché par le père. Brevet qui a valu à l'enfant une fortune, paraît-il...


Quoi de plus pratique que cette bicyclette à peine encombrée du parfait attirail pour le campeur : sac de couchage, drap sac, cordes de tente et lanterne, à l'avant ; tente, seau en toile et gamelle assortie d'un gril et d'une poêle à frire, à l'arrière. Qui dit mieux? ©

mardi 1 janvier 2013

"Le Journal de Véronique", une tranche d'enfance version 60's

Gamine des années 60, je raffolais de la série des livres "Le Journal de Véronique". Les histoires de la Belge Maud Frère étaient simples et rafraîchissantes. Elles correspondaient bien à l'esprit des fillettes de ces années-là. Les récits se nourrissaient de l'air du temps et étaient imprégnés de lenteur et de plaisirs accessibles. 
 
Les coquettes illustrations sont de Nadine Forster, Belge elle aussi. Son trait, souple et pur, se met parfaitement au diapason de l'enfance.
Véronique délie, avec une maladresse touchante, son corps filiforme de pré-adolescente. Elle présente un aspect élastique. Ses lèvres sont boudeuses, son regard azur est souriant et tranquille. Flanquée de son cabot Boniface, de sa tante Augusta, de son amie Arlette, de ses cousins Odilon-Coco, Jean et Pipo, Véronique vit de bien sages aventures dans un monde tout gentil. 
J'avais perdu les livres, j'en ai par bonheur retrouvé un dans une bouquinerie. Il était en plus signé par l'illustratrice qui avait dessiné un Boniface affublé de lunettes. Souvent, le bonheur tient à peu. ©