jeudi 30 janvier 2014

Pubs des années flower power : la liberté à deux roues

Dans les années 60, les jeunes n'avaient ni Internet ni GSM et cela semble tellement incroyable à l'heure actuelle mais ils s'amusaient... sans doute encore davantage qu'aujourd'hui. Oui, j'ai connu cette ère-là et vous pouvez me traiter d'indécrottable nostalgique ou de ringarde mais j'ai la sensation d'avoir vécu quelques tranches de bonheur avec des petits riens et quelques éclats de rire. 

L'un de mes petits plaisirs était de parcourir les magazines pour jeunes où après lecture, je découpais soigneusement les photos et les articles se rapportant à mes vedettes favorites pour les coller dans des cahiers à spirales. Je décorais avec des dessins de marguerites, de petits coeurs gonflés tout roses et le signe de la paix. Je le dessinais partout car j'avais l'impression qu'il s'agissait du signe de ralliement de notre génération.

J'ai récemment mis la main sur une poignée de "Salut Les Copains" des années 60. Ce sont plus particulièrement les publicités qui m'ont interpellée. Couleurs éclatantes, formes rondes, imprégnées d'une douce puérilité, les publicités des 60's en disent long sur la frivolité et l'innocence d'une époque dorée.

Petit tour sur les cyclomoteurs, symboles de l'indépendance des teenagers. Moulée dans son pull à col roulé et son micro-short, elle lève les gambettes, elle est libre comme l'air. Son mini-cyclomoteur est super maniable, elle aussi. Un deux-roues pour les jeunes et ceux qui veulent le rester. Voilà qui est dit!
 
La jeune femme est libre et indépendante et ses amies l'envient. "Camille, elle passe sa vie à Cady-fourchon." Décliné en quatre couleurs chatoyantes (rouge, blanc, bleu, topaze), le mini-cyclomoteur emmène la jeunesse des années 60 sur les routes de la liberté. Une liberté toutefois limitée à un très raisonable 33 km/h.

La vie est belle en Vespa! Suspension à bras oscillants et ressorts hélicoïdaux... sans compter six couleurs chantantes! Les filles en sont folles. Regardez le succès du mâle avec ses grappes de groupies! Roulez, belle jeunesse!

mercredi 22 janvier 2014

L'an 2000 à travers les lunettes roses de l'an 1969 (2)

Extrait du SLC n°80 (avril 1969)
"Votre vie en l'an 2000", tel était le titre de l'article paru dans Salut Les Copains, que Raymond Mouly consacrait à la publication du livre de François de Closets en 1969, "Espace, terre des hommes".

Sans être nommé, Internet était déjà pressenti par les scientifiques des années 60. Ainsi parlait François de Closets, rapportant les connaissances et projections scientifiques de l'époque. "Votre équipement audiovisuel peut être à tout moment branché sur les ordinateurs et les banques d'information dont le fonctionnement conjugué répond à vos questions, résout vos problèmes particuliers et vous livre tour élément de connaissance dont vous pouvez avoir besoin. Et je ne parle pas de votre téléviseur de divertissement, dont l'écran occupe - comme dans le film de Truffaut "Fahrenheit 451" - bonne partie de la surface d'un mur... en couleur évidemment. On fait même des essais en relief."

Extrait du SLC n°80 (avril 1969)
Le journaliste scientifique reconnaît cependant que le risque - et il ne croit pas si bien dire -, c'est l'isolement, la perte de contact et l'ennui. Même l'enseignement y passe, selon les prévisionnistes scientifiques de ces années-là, puisque l'instruction se donne dorénavant via l'ordinateur. On n'y est pas encore mais on n'est pas loin! L'écolier s'installe devant une console avec écran télé, crayon magnétique, écran de projection, casque, micro et.. machine à écrire! "Dès qu'il a introduit sa clef de contact dans le serrure, le dialogue avec l'ordinateur peut commencer, soit oralement, soit par écrit selon la nature de la leçon." Et l'ordinateur se met au diapason du rythme de l'étudiant. L'an 2000 en 1969, le meilleur des mondes? ©

vendredi 17 janvier 2014

L'an 2000 à travers les lunettes roses de l'an 1969 (1)

Extrait de SLC n° 80 (avril 1969)
J'aime beaucoup découvrir comment le passé appréhendait notre présent. Nous avions, dans les années 60, une idée romantique, béate et pittoresque de l'an 2000. Nous pensions que le progrès scientifique allait de pair avec un éveil des consciences et la prospérité pour tous. Très flower power tout ça, non? En feuilletant un Salut Les Copains d'avril 1969, j'ai eu le bonheur de parcourir une interview du journaliste scientifique François de Closets par Raymond Mouly. Il y était question de la publication de son premier livre chez Tchou, "Espace, terre des hommes".

Extrait de SLC n° 80 (avril 1969)
Il ne s'agissait bien entendu pas d'une oeuvre de prédictions mais d'un ouvrage scientifique de projections sur base des connaissances de l'époque. Et pourtant, j'avoue avoir été soufflée par la précision de certains pronostics. Même s'il demeure des prévisions fantaisistes qui font sourire. Ainsi, les trains de l'an 2000 auraient atteint une vitesse proche de celle du son (1224 km/h tout de même!). Lyon serait donc à moins d'une demi-heure de Paris (près de 2 heures par TGV). Pour traverser un océan, on aurait le choix entre l'avion à très grosse capacité, l'avion hypersonique ou le dirigeable propulsé grâce à l'énergie atomique!

Internet est cependant largement évoqué sans être nommé par François de Closets. "Si vous avez, par exemple, une affaire commerciale à régler avec un Mexicain, un Australien et un Hollandais, pourquoi leur rendriez-vous visite, pourquoi leur donneriez-vous un rendez-vous commun en un lieu précis? Il suffit de leur donner rendez-vous dans le temps. Vous pouvez tenir une conférence à quatre chez vous, devant l'écran de votre vidéotéléphone. Vous pouvez même échanger avec vos partenaires des documents, des plans ou des contrats." ©

(à suivre)