mercredi 23 mars 2016

Tournez, platines! Face A

La face B me met de meilleure humeur que le mélancolique "Happy"
Les années 70 représentent, à mon opinion (et vu la génération que je représente), la meilleure décennie et les années 60 les talonnent dans mon hit-parade des années flower power. Indécrottable nostalgique, j'ai préservé quelques 45 et 33 tours, dont je ne me séparerai probablement jamais et j'achète encore de temps à autre quelques reliques de cette époque, des vinyles, des magazines aussi. Pas forcément des chefs-d'oeuvre mais des témoins sucrés d'une époque insouciante. 

L'idole made in USA par excellence
Les Jacksons bombardent les années 70 de chansons tout aussi sautillantes les unes que les autres mais fin de la décennie, Michael Jackson lance une bombe, "Off The Wall". En pleine ère disco, Michael Jackson donne le ton et me transmet une furieuse envie de me trémousser sous les boules scintillantes des dance floors. D'une blondeur californienne, Leif Garrett fait bouger les popotins au son d'"I Was Made For Dancin'" mais c'est "Surfin' USA" que je préfère. C'est sans doute sans prétention mais c'est frais comme une Granny Smith, bondissant et drôlement ensoleillé. 

Alain Chamfort, trop mignon!
On ne le reprendra plus. Au sommet de sa gloire, Claude François s'entoure de quelques poulains comme Alain Chamfort qui peu à peu, lui fait de l'ombre. C'est que le garçon a le physique plutôt  plaisant et que ses chansons ressemblent bigrement à celles de Clo Clo. Sorti en 1972, le titre "Signe de vie, signe d'amour" est le deuxième de Chamfort. C'est pétillant et tellement vitaminé que j'ai épuisé le vinyle sous l'aiguille du pick up!
Un album que j'écoute encore avec gourmandise

Dans les années 70, je n'ai d'yeux et d'oreilles que pour les frères Osmond et surtout le plus jeune du groupe, Donny. En période disco, il sort un 33 tours (dont il n'est plus très fier), "Disco Train" et au crépuscule des années 70, ose un disque éponyme dont il signe quelques titres, "Donald Clark Osmond". L'ensemble n'est peut-être pas impérissable mais l'album livre quelques giclées de concentré feel good qui fouettent le moral. Pour la plupart des gens, ça ne casse pas trois pattes à un canard mais moi, je trouve cette galette souriante comme un bonbon acidulé, et douce comme une caresse. Alternant délicates ballades romantiques et morceaux de pop sémillants, ce disque vaut sincèrement la peine d'être écouté sans arrière-pensée, précisément pour le rafraîchissement qu'il procure. ©

(à suivre)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire